Droit de succession : impact du démembrement sur le calcul

Droit de succession : impact du démembrement sur le calcul

5/5 - (5 votes)

L’univers de l’immobilier et du droit des successions est vaste et complexe. Il englobe notamment le démembrement de propriété, une pratique pouvant avoir un impact significatif sur les droits de succession. Cet article se propose d’étudier la notion de démembrement, son influence sur les droits de succession et les stratégies d’optimisation fiscale qui y sont associées.

Droit de succession : impact du démembrement sur le calcul

Comprendre le démembrement de propriété

Comprendre le démembrement de propriété

Qu’est-ce que le démembrement ?

Le démembrement est une opération juridique qui scinde la propriété d’un bien en deux fractions complémentaires : l’usufruit et la nue-propriété.

L’usufruit consiste en droit de jouir d’un bien dont une autre personne a la propriété, tandis que la nue-propriété représente le droit disposant du bien sans pouvoir en jouir.

Type de démembrements

Dans le cadre des successions, on distingue principalement deux types de démembrements : le démembrement temporaire et le démembrement viager.

Le premier est fixé pour une durée déterminée alors que dans le second cas, il perdure jusqu’au décès de l’usufruitier.

Passons maintenant à l’examen des implications fiscales liées au démembrement.

Analyse des incidences fiscales du démembrement sur les droits de succession

Incidences fiscales générales

D’un point de vue fiscal, seul l’usufruitier est redevable des taxes sur les revenus générés par le bien. Quant à la nue-propriété, elle n’est pas taxée.

De plus, lors d’une succession, la valeur de l’usufruit et celle de la nue-propriété sont évaluées séparément pour déterminer les droits dus par chaque héritier.

Impact du démembrement sur le calcul des droits de succession

Nature du bien Valeur usufruit Valeur nue-propriété
Immeuble bâti 70% 30%
Fonds de commerce 70% 30%
Autres biens mobiliers et immobiliers 50% 50%

Ces valeurs sont ensuite prises en compte dans le calcul des droits de succession.

Cela nous amène à étudier un cas pratique afin d’illustrer ces propos.

Cas pratique : calcul du droit de succession en présence d’un démembrement

Mise en situation

Prenons l’exemple d’un père qui laisse à ses deux enfants une maison estimée à 300 000 euros dont il était usufruitier.

Nous allons voir comment se calculent les droits de succession dans ce cas précis.

Réalisation du calcul

La part de chaque enfant dans la maison est évaluée à 150 000 euros (valeur totale de la maison divisée par le nombre d’enfants).

Lire plus  PACS ou mariage : impact sur la succession et les héritiers

En considérant la valeur de l’usufruit à 70% et celle de la nue-propriété à 30%, les droits de succession seront calculés sur une base de 45 000 euros (30% de 150 000 euros) pour chaque enfant.

Après cet exemple, il peut être intéressant d’explorer les différentes stratégies d’optimisation fiscale.

Stratégies d’optimisation fiscale liées au démembrement de propriété

Stratégies d'optimisation fiscale liées au démembrement de propriété

Donation avec réserve d’usufruit

Cette opération consiste à donner la nue-propriété du bien tout en conservant l’usufruit, ce qui permet notamment de réduire l’assiette taxable lors du décès du donateur.

L’avantage fiscal est proportionnel à l’âge du donateur au moment de la donation.

Démembrement croisé

Cette technique complexe permet une transmission plus efficace des biens entre conjoints. Elle consiste notamment à démembrer des biens en attribuant l’usufruit à un conjoint et la nue-propriété à l’autre.

Elle nécessite néanmoins un montage juridique précis et doit être réalisée avec l’aide d’un professionnel.

A présent, faisons le point sur les avantages et inconvénients du démembrement.

Avantages et inconvénients du recours au démembrement dans la planification successorale

Les avantages du démembrement

  • Optimisation fiscale : le démembrement permet de réduire l’assiette taxable lors d’une succession ou d’une donation.

  • Protection du conjoint survivant : en cas de décès, le conjoint usufruitier conserve la jouissance du bien.

Les inconvénients du démembrement

  • Risque juridique : le démembrement nécessite un montage juridique précis, toute erreur pouvant entraîner des conséquences importantes.

  • Immobilisation du patrimoine : une fois le bien démembré, il est plus difficile de le vendre ou de le transmettre.

Cet article a passé en revue les différents aspects du démembrement de propriété, depuis sa définition et son fonctionnement jusqu’à son impact sur les droits de succession. Nous avons également abordé certaines stratégies visant à optimiser la fiscalité par le biais du démembrement. Toutefois, chaque situation étant unique, il convient toujours de consulter un professionnel pour obtenir des conseils adaptés à votre situation personnelle.

Retour en haut